Recherche avancée

Les acquis, les projets et les revendications du CNFPT vus par son président

Recrutement et formation
19 novembre 2018
Veille juridique

« On pourrait supprimer le CNFPT, très décrié, et rattacher la formation des agents (…) aux conseils régionaux », expliquait en 2016 Jean-Charles Manrique, DGS du Loiret. Sans aller jusque-là, le gouvernement Philippe semble décider à le réformer.

Au nom de la « modernisation » de la Fonction publique, le secrétaire d’État Olivier Dussopt avait déjà jugé « indispensable d'engager un chantier sur le rôle et les missions », en outre des CDG, du Cnfpt « dans une logique d'efficience ». Le 4 octobre, le Premier ministre a lui-même chargé deux parlementaires, J. Savatier et A. de Belenet, de faire des « propositions d’amélioration de gouvernance et d’organisation du CNFPT (…), au regard de l’évolution des attentes des agents et (…) de leurs employeurs (…) dans un contexte de maîtrise de la dépense ».

C’est dans ces circonstances que F. Deluga, le président du CNFPT, a publié sa contribution thématique sur le rôle de l’institution.

Identifiez-vous pour lire la suite de ce contenu et profiter de l'ensemble des fonctionnalités de Légibase
Recevoir les alertes de mise à jour
Ajouter une note
Télécharger l'article
Pour acceder à ces contenus, merci de vous connecter.
  • Rechercher dans cet article
Du même auteur
Les outils